La Pinte Besson x Carine Barbey


A la demande de Marine Gasser pour l'évènement une bouffée d'art, à la suite de cette année catastrophique pour beaucoup de personnes, cette année qui n'est pas encore terminée et que j'ai vécue comme une privation d'expression, une privation d'exercer mon métier avec l'hypocrisie d'un système qui nous demande de rester sage, compréhensif, solidaire, patient, sauf pour le black friday... allez hop y a des limites à ne pas franchir ! Money money money !!!

Je n'ai qu'une chose à vous dire : Enivrez-vous de vin, de poésie ou de vertu, à votre guise, mais enivrez-vous !


Carine Barbey

Carine Barbey sort du conservatoire de Lausanne (SPAD) en 2000, depuis elle travaille régulièrement en Suisse Romande et parfois l'aventure théâtrale l'emmène sur d'autres plateaux francophones en France, Belgique ou au Québec.

La rencontre avec les musiciens Daniel Perrin et Lee Maddeford lui fera découvrir la musique. Elle fera avec eux plusieurs tours de chants sur divers auteur.e.s et poète.sse.s .

En 2003, à la suite d'un spectacle musical sur les fleurs du mal de Charles Baudelaire avec des compositions de Daniel Perrin, ils enregistreront un CD « Fleurs du mal ».

En 2012, elle fonde avec Olivier Périat la compagnie Interlope.


La Pinte Besson se trouve au tournant de la rue de l’Ale. La Pinte Besson est le plus ancien bistrot de la capitale. Ouverte en 1780 par un commerçant local de vins, qui venait d’obtenir l’autorisation de vendre sa production, elle fut appelée ainsi parce que la pinte était alors une mesure de débit : 93 centilitres de vin.